Temoignages
   
 

 « Quand le verdict de la schizophrénie nous tombe sur la tête, nous sommes complètement désemparés:
Nous ne savons absolument rien de cette maladie, tout s'embrouille dans notre tête:
"C'est quoi la schizophrénie? Qu'est ce qu'il faut faire pour en guérir? Quelles en sont les causes? Est-ce que nous, parents, sommes responsables ? 

Est-ce que nous avons fait des erreurs dans l'éducation de nos enfants? Est-ce que c'est du à un manque d'amour et d'affection de notre part ? Et pourquoi nous?.....etc."

Nous commençons alors, livrer à nous mêmes et dans l'isolement le plus total, à récolter des bribes d'informations par-ci et par-là qui nous permettraient de comprendre la maladie et nous éclairer sur la manière de la prendre en charge au quotidien.
Recollant ces informations les unes aux autres, nous créons alors nos propres règles, tout en croyant bien faire d'ailleurs,  qui vont nous permettre de gérer au quotidien cette terrible maladie et ce, pour des années durant, voir toute notre vie.
Avec le temps, quand nous réalisons que cette grave maladie, chargée de souffrance, qui touche l'un de nos enfants à la fleur de l'âge, EST A VIE, nous commençons peu à peu à rentrer dans le cercle infernal de la culpabilité, du remord, des regrets, de la désillusion, du doute, de la honte, de la frustration, de l'isolement, de l'épuisement.... etc.

Plus rien n'a d'importance! Pas même notre propre santé ou notre propre vie!
On se focalise uniquement sur cette maladie, complètement accaparée et ravagée par elle, au risque de sombrer nous-mêmes dans une profonde dépression.

Avec le programme PROFAMILLE, nous avons pris conscience de notre méconnaissance de cette maladie, nous nous sommes remis en cause, aussi bien par rapport à nos connaissances de la maladie, de son mode de fonctionnement et de son traitement,  que par rapport à nos croyances, nos schémas de pensée, notre comportement, nos émotions, nos erreurs de jugement...  etc.
Nous avons appris à déculpabiliser, à prendre soin de nous-mêmes, à positiver, à bien communiquer avec notre enfant malade, à mieux comprendre son comportement,  à adopter une attitude adéquate.....  
Bref, nous avons acquis des principes de base, mais combien fructueux, pour améliorer l'état de santé de notre enfant et la qualité de notre vie.

Libérés de toutes les émotions et les sentiments négatifs qui empoisonnaient notre corps et notre mental et handicapaient notre existence, nous avons peu à peu repris confiance en nous-mêmes et repris goût à la vie.
La maladie est là certes, mais nous savons maintenant comment l'apprivoiser, comment créer une atmosphère apaisée au sein de la famille et ce dans l'intérêt de tous.
Bref, comment avoir  une vie normale!

Tout ce que nous avons reçu au cours de cette formation et qui nous a été très bénéfique, nous désirons fortement l'offrir à d'autres familles, qui se comptent par milliers, qui sont actuellement dans une terrible souffrance et profonde détresse, leur évitant ainsi de perdre des années à tourner en rond pour sombrer en fin de compte dans la dépression.
Afin que ces familles puissent  toujours garder l'espoir et la force nécessaires pour se protéger et  pouvoir assumer à long terme cette maladie tout en améliorant l'état de santé de leurs enfants.
Car, c'est en associant la volonté, l'espoir, le courage, la détermination de toutes ces familles dont les enfants souffrent de schizophrénie, que nous pourrons aller de l'avant et faire entendre notre voix ! »

Amina Bencherki, membre de l’association AMALI
Témoignage d’Amal, membre de l’association AMALI
« Je dirais que la formation me permet  de  gérer mes émotions et les contrôler et éviter de perdre trop d’énergie inutile.je me sens un peu plus sereine.
Coté connaissances je comprends mieux les disfonctionnements et les incohérences donc je suis plus clémente  et automatiquement moins remuée.
Cote limites beaucoup d’acquis .j’ai gagné un peu de terrain et je me sens plus ferme et douce en même temps. Un point positif j’ai moins peur.
Je connais ou je vais donc  je garde le cap .beaucoup de travail sur soi reste à faire .prendre conscience c faire la moitié du chemin.
J’ai fait aussi de nouvelles amies que je peux solliciter sans craindre leur réaction –je parle de Naima et latifa.
J’ai beaucoup apprécié la bonne humeur de DR Mohi qui sait dédramatiser les situations .il doit avoir souffert de mes questions trop perso !il a énormément atténué mes angoisses.
En résumé je dirais que cette formation m’a permis d’évoluer : un pas de géant dans une approche de comment vivre avec une plaie ouverte. »
AMAL, membre de l’association AMALI.
 Témoignage de Saadia Bennani, maman d'un enfant malade et membre de l’association AMALI
Messieurs, mesdames
Les événements tristes survenus dans ma vie dernièrement m'empêchent d'être parmi vous ce jour.
Je voudrais  cependant, faire part de ma reconnaissance à mesdames et messieurs les professeurs, mesdames et messieurs les médecins, le personnel hospitalier, mesdames les fondatrices de l'association AMALI pour toute l'aide et le soutien que vous nous apportez à nous parents des malades.
Votre présence quasi permanente a nos cotés, votre soutien, votre aide pour résoudre nos  problèmes quotidiens, votre disponibilité pour nous écouter nous comprendre et nous conseiller sur les rapports a entretenir avec nos malades et ceci a travers diverses actions telles les  conférences, les séminaires et la formation profamille représentent une importance capitale pour nous.
Merci d'être là, grâce a vous, grâce a votre compassion nous ne nous sentons pas abandonnées a notre désarroi. »

Bennani Saadia, maman d'un enfant malade et membre de l'association AMALI.
Témoignage de Latifa Tihami, co-fondatrice et trèsorière générale de l’Association AMALI
 « Dès que nous avons obtenu l’accord du Docteur MOHI pour La mise place au Maroc du programme Profamille,  en collaboration avec l’Association AMALI, j’ai tout d’abord, eu le trac, car pour moi c’était l’inconnu. Toutefois connaissant parfaitement les grandes qualités du Docteur MOHI et de ma co-fondatrice Naîma SLAMTI épouse TRACHEN,  je n’ai pas hésité à me lancer dans l’aventure qui s’est avérée très intéressante et très fructueuse pour l’ensemble des personnes qui ont bénéficié de cette formation.
Pour ma part, j’ai mis en pratique les différents acquis dont j’ai bénéficié lors de la formation, si bien que le dialogue et la communication avec mon fils se sont  nettement améliorés.


Grâce à son savoir faire, à son art de communiquer, à son humour, ….  Le Docteur MOHI, nous a enseigné des techniques, des règles et des comportements à adopter avec notre proche malade, pour améliorer notre quotidien.
Nous avons également appris beaucoup de choses sur la maladie, son évolution, sur l’importance à observer rigoureusement le traitement, à poser des limites, etc…

En Bref, je tiens à remercier le Docteur MOHI pour sa disponibilité, son dévouement pour  la Psychiatrie. »
Latifa Tihami – Co-fondatrice et Trésorière Générale Association AMALI